Leçons tirées d’un projet de détection de mines

Échec

Il n’est pas facile de faire face à l’échec. On a tendance à l’enterrer et à le taire. Dans le secteur des entreprises à but lucratif, souvent, l’échec est évident. On peut savoir si telle entreprise a du succès parce qu’elle doit rendre son chiffre d’affaires public. L’explosion d’une entreprise en technologie sera rapidement identifiée. Le secteur social est reconnu pour son aversion au risque, et ceci motive à ne discuter que des succès (ou encore à parler, comme si c’étaient des succès, des projets à la limite de l’échec ou ayant échoué).

Je suis convaincu que nous devons assumer les échecs. Il est préférable d’avoir totalement échoué à l’occasion que de n’avoir jamais rien essayé. L’étendue et l’importance des problèmes sur la planète exigent qu’on intervienne autrement que par de timides tentatives.

Plus tôt cette année, la direction de notre programme humanitaire de détection de mines et moi même avons décidé de mettre notre projet sur la glace. Ted Driscoll, un entrepreneur notoire dans une série de projets qui s’est maintenant converti au capitaliste, s’était servi d’une technologie de détection d’explosifs financée par l’armée pour essayer de créer un détecteur de mines abordable pour des fins humanitaires. Nous avons fait des études de marché poussées sur les défis que pose le déminage dans le monde, et avions publié un rapport exhaustif sur nos découvertes.

Pendant presque deux ans, nous sommes demeurés convaincus que nous aurions bientôt accès à cette technologie. Puis, au bout du compte, nous avons dû faire face au fait que cela n’arriverait pas de sitôt. Voilà maintenant six mois que nous avons relégué ce projet à l’arrière plan, et nous n’avons toujours pas accès à cette technologie.

Apprentissage

Avec la collaboration de notre principale source de financement du projet, la fondation Lemelson, nous avons donc décidé de documenter les leçons que nous avons tirées de cette expérience dans un essai. J’ai vraiment été heureux que Lemelson accepte, malgré les risques, de miser sur un tel projet et qu’il accepte ensuite que nous rendions public notre bilan.

Il est tentant de trouver une raison unique pour laquelle ce projet n’a pas fonctionné, mais ce n’est pas aussi simple. Je vous invite à lire notre essai pour en savoir plus.

Failure

Confronting failure is tough. There’s a tendency to bury failure and hide it. In the for-profit sector, failure tends to be pretty obvious. You know how well an investment firm is doing because they have to publish their numbers. A tech company that bombs is quickly recognized as such. The social sector is well known for being risk averse, and this creates incentives to only discuss successes (or to portray borderline or failing efforts as successful).

I believe that we need to embrace failure. Better to have failed boldly on occasion to have never dared at all. The world’s problems are too big and important to be addressed solely with timid measures.

Earlier this year, I and the leadership of our humanitarian Landmine Detector Program made the decision to put the project on ice. Ted Driscoll, a noted serial entrepreneur now turned venture capitalist, had been working to create an affordable humanitarian landmine detector from military-funded explosives detection technology. We did some great market research about real-world challenges facing deminers, and published an extensive report on what we found.

However, we went almost two years believing that we would have access to this technology imminently. Finally, we had to confront the fact that it wasn’t going to happen anytime soon. In the six months since we put this on the back burner, we still haven’t received access to the technology.

Learning

With the support of our largest funder of the project, the Lemelson Foundation, we decided to document the lessons we learned from this experience, in an essay. I was very pleased about Lemelson’s willingness to both knowingly bet on our riskiest project and be open to distributing our post mortem.

It would be tempting to come up with a single reason that this didn’t work out. But it isn’t that simple. Read the essay if you want to know more.